En aout 1987, les salles obscures accueillent un des films les plus cultes de toute une génération : Dirty Dancing. Une histoire d’amour intemporel, une critique sociale sous-jacente, des dialogues devenus cultes, c’est là la recette d’un succès mondial qui dépassera toutes les attentes.

Produit par Linda Gottlieb et réalisé par Émile Ardolino, Dirty Dancing fut un succès inattendu auquel bien peu de gens croyaient, qui propulsa le duo de héros, Patrick Swayze et Jennifer Grey, en haut de l’affiche. Un succès qui doit, il faut le dire, beaucoup à sa bande son. En effet, la BO Dirty Dancing, c’est un condensé de ce que les années 80 ont pu faire de meilleur.

Dirty Dancing : un succès musical planétaire

Dirty Dancing étant un film sur la danse, la musique y tient une place prépondérante. Discrète à certains moments, elle accompagne avec brio les grands moments du film comme la scène où Patrick Swayze apprend à Jennifer Grey à réaliser un porté dans un lac, ou encore le final majestueux. Cela n’est donc pas étonnant au vu du succès du film : La BO Dirty Dancing fut un succès commercial monumental.

On compte pas moins de 32 millions d’exemplaires écoulés pour l’album original. Car oui, en réalité, il existe plusieurs versions de cette bande son : une première, sortie en 1987 en même temps que le film, et une seconde sortie en 2007 qui voit l’ordre des morceaux modifiés pour correspondre à leur ordre d’apparition dans le film. Cette seconde version, sortie pour les 20 ans du film, est aussi allongée avec des morceaux bonus. Le succès de cette BO a donné naissance à un deuxième album nommé « More Dirty Dancing » sorti en mars 1988.

Aujourd’hui, la BO du film est presque plus connue que le film lui-même. Certains des tubes qui y sont présents sont encore en rotation sur les ondes hertziennes. C’est donc une bonne raison pour découvrir cet album dans son intégralité.

Un album qu’on ne laisse pas dans un coin

Le film se déroulant en 1963, la bande-son pop Dirty Dancing fait la part belle aux tubes des années 50 et 60 auxquels viennent se greffer des morceaux des années 80, dont certains composés pour le film. Parmi les 12 titres qui composent l’hymne pop Dirty Dancing, on retrouve des morceaux qui étaient déjà connus du grand public comme « Be My Baby » par le groupe The Ronettes qui fut le tube de l’été 1963.

Mais le morceau phare de l’album est évidemment « (I’ve Had) The Time of My Life » composé par Franke Previte, John DeNicola, et Donald Markowitz, chanté par Bill Medley et Jennifer Warnes. Chanson emblématique du film, sur laquelle de nombreuses adolescentes ont rêvé d’exécuter le porté aquatique, elle a été récompensée par de multiples prix : Golden Globe, Academy Award et Grammy Award. Et on peut le dire : ils sont mérités. Ce morceau monte en puissance jusqu’à son apothéose finale, portée par les harmonies vocales complémentaires des deux chanteurs.

Parmi les autres morceaux bien connus, on trouve aussi le titre de Patrick Swayze (qui joue le rôle de Johnny dans le film) « She’s Like the Wind », une ballade sentimentale qui reste toujours efficace. Gorgée de mélancolie, celle-ci met en avant la voix chaleureuse de l’artiste qui était à la fois acteur, danseur, chanteur et compositeur.

« She’s Like the Wind » où l’art de la persistance

Le saviez-vous ? La chanson « She’s Like the Wind » n’a pas été écrite pour Dirty Dancing. Elle devait être à l’origine inclue dans le film « Grandview, U.S.A. » sorti en 1984, où jouait déjà Patrick Swayze.

Les paroles de la chanson font donc en réalité référence au personnage joué par Jamie Lee Curtis dans ce film. Le morceau ne fut finalement par utilisé. Par la suite, Swayze essaya de la proposer pour la BO du film Youngblood de Peter Markle. Elle ne trouva pas preneur non plus.

Patrick Swayze fit finalement écouter la démo à Linda Goetlieb et à Émile Ardolino, qui l’adorèrent. Le morceau composé en 1984 fut finalement enregistré en 1986 et devint un des hymnes du film.
Bien que doué, Patrick Swayze ne continua pas vraiment sa carrière musicale par la suite.

Tout comme il serait dommage de réduire Dirty Dancing à un film pour adolescente, il serait dommage de réduire sa BO à quelques grands succès pop. On trouve là un condensé à la fois rétro et indémodable, fait de tubes des années 60, de ballades doucement rock des années 80, dans un album rythmé qui passe à une vitesse folle. Les nombreuses récompenses et certifications (disque de diamant dans plusieurs pays, etc.) ne sont pas dues qu’au succès du film que cette BO accompagne. Elle est due à la grande qualité et consistance de ces 12 morceaux. Un classique pop à (re)découvrir.

Dirty Dancing
  • Record Label: Sony/Bmg
  • Catalog#: 88697 352482
  • Country Of Release: NLD
  • Year Of Release: 2008